• Obtenir une version PDF des pages de la rubrique

Comment répondre au mieux à un public diversifié

 

La signalétique et les panneaux d’information

Dès l’entrée, chacun doit pouvoir identifier dans quel lieu il se trouve et ce qui s’y passe : une affiche de l’exposition et un panneau explicatif sobre et concis, compréhensible par tous suffiront. Le panneau pourra donner des indications aussi variées que l’histoire du lieu, la thématique de l’exposition, la biographie du (des) artiste(s)… Informé, le visiteur peut alors tranquillement et librement décider de franchir le pas ou de rebrousser chemin. Néanmoins, l’objectif est de faire en sorte qu’il entre. C’est pourquoi le choix du personnel chargé de l’accueil est important.


Le personnel

On recommandera deux personnes au minimum. Une seule personne risque de se trouver débordée par la billetterie ou ne pourra pas en même temps informer ou accompagner le visiteur si nécessaire. C’est également une bonne mesure pour la protection des œuvres : une personne restera en permanence à l’accueil, tandis que l’autre sera présente dans l’exposition.

Les qualités requises :

  • La ponctualité : une exposition ouvre toujours à l’heure. Lorsqu’elle ferme, le visiteur doit en être averti à l’avance, avec correction pour ne pas avoir le sentiment qu’on le pousse dehors. De même, un visiteur qui arrive peu de temps avant la fermeture ne doit pas être rabroué, mais informé !
  • La chaleur et le sens du contact : il faut savoir aller au-devant du visiteur, ne pas confondre accueil et simple présence ou gardiennage. Rester aimable en toutes circonstances.
  • La polyvalence : une personne à l’accueil doit pouvoir répondre à des questions diverses, souvent de trois ordres : le lieu (son histoire…), l’exposition elle-même (les artistes présentés, la thématique retenue…), les informations pratiques (restauration, téléphone, toilettes…)
  • Un personnel formé : il ne suffit pas de remettre au personnel des fiches informatives synthétiques qu’il assimile ou auxquelles il peut se reporter. C’est au responsable de l’exposition de faire preuve de pédagogie. Une implication dans la vie locale des personnes qui sont à l’accueil peut aussi avoir son importance.
TrenkwalderMais l’essentiel est de pouvoir compter sur un personnel formé aux questions de la médiation de l’œuvre d’art vis-à-vis des publics. La courtoisie et la polyvalence viennent alors compléter cette compétence aujourd’hui indispensable si l’on veut fidéliser le public. Il existe aujourd’hui un grand nombre de cursus universitaires offrant des formations de qualité concernant la médiation avec les publics. De même, le personnel d’accueil peut bénéficier de la formation continue. On peut donc, pour peu que l’on s’en donne les moyens, offrir un véritable accès aux œuvres dépassant largement le simple accueil. Si les personnels sont peu ou pas formés, on veillera à ce que le commissaire de l'exposition organise à leur intention une visite guidée pendant laquelle il expliquera le propos de l’exposition, donnera des renseignements sur le ou les artistes, argumentera le choix des œuvres, les situera... Il rédigera également un texte explicatif, accessible à tous, qui aidera le personnel d’accueil et qui sera distribué aux visiteurs. Il est également nécessaire de mettre à la disposition des personnes chargées de l’accueil une documentation sur le ou les artistes présentés.


Entrée payante ou gratuite ?

L’expérience montre qu’un droit d’entrée symbolique (2 ou 3 euros par adulte, un tarif réduit pour les moins de 25 ans, étudiants, chômeurs, et gratuit pour les enfants) peut être une bonne chose. Le choix de payer ou de ne pas voir l’exposition constitue déjà un engagement. En général, le public qui paie est plus exigeant, vis-à-vis de lui-même (il est plus attentif à ce qui l’entoure et manifeste du respect) et vis-à-vis des autres. Néanmoins, la situation du lieu d’exposition et de son environnement doivent être pris en compte et inciter à l’entrée gratuite. Il faut donc déterminer le choix - payant ou gratuit - en fonction de l’objectif fixé :
une exposition visitée par le plus grand nombre ;
une action de sensibilisation.

L’accueil des scolaires

SarkisUne exposition ouverte pendant la période scolaire incitera les enseignants à la visiter avec leurs élèves. Ce type de visite demande un accueil particulier et un personnel compétent et préparé. En conclusion, la qualité de l’accueil est une composante essentiellede la réussite d’une exposition. Son organisation constitue toujours une prise de risque, quel que soit le type de public accueilli : le manque d’information et d’accompagnement pourra transformer des manifestations d’incompréhension en réactions parfois négatives. De même, un public amateur et bien informé face à un personnel incompétent et peu ouvert, portera un jugement sévère sur le lieu et ses responsables. Il en déduira que le projet est superficiel et lui fera une mauvaise publicité. L’organisateur de l’exposition (collectivité locale, territoriale, association, etc...) doit donc considérer qu’il ne suffit pas d’accrocher des œuvres sur les murs pour les rendre accessibles. Courtoisie et compétence du personnel aideront chacun à accéder à une lecture des œuvres et à faire naître un questionnement intéressant. Dans un lieu d’exposition, le visiteur doit pouvoir bénéficier d’une sensibilisation ou d’une initiation aux problématiques de l’art. On aura tout intérêt à faire appel à un personnel compétent et formé car c’est également une garantie pour la protection des œuvres présentées. En donnant des informations, il surveille les œuvres. L’expérience montre que pour éviter les dégradations, il suffit simplement de demander aimablement au public de ne pas les toucher.


 
 
 
/// Légendes et crédits :
1/ Exposition Elmar Trenkwalder, Frac Alsace, 2008-09, photo : Agence culturelle d'Alsace
2/ Sensibilisation exposition Sarkis « au commencement, le toucher », Frac Alsace, 2005-06, photo : Agence culturelle d'Alsace
 
 
 
 
 
 Partenaires
Dernière mise à jour le 22/07/2011