• Obtenir une version PDF des pages de la rubrique

La maîtrise de l'environnement

 

Lumière naturelle

Alain Domagala, PARC bloc-diagramme #1, 2000Les baies ouvrant directement sur l’extérieur, si elles trouvent leur place dans les séquences d’exposition et méritent d’être maintenues, doivent recevoir un traitement empêchant le soleil direct d’atteindre les œuvres : au minimum un film anti-UV apposé sur les vitrages. De la même façon, lorsqu’elles existent, on pourra exploiter les dispositions d’éclairage zénithal en plafond pour permettre l’utilisation de la lumière naturelle à condition de se prémunir contre toute insolation directe au moyen de stores et de dispositifs d’occultation. Toutefois, dans les constructions anciennes, à moins d’une réhabilitation lourde, ces dispositions en toitures sont rarement fiables, du point de vue de l’étanchéité à l’eau ou à l’air et font courir un risque certain aux objets exposés, en plus de l’ensoleillement et des déperditions thermiques qu’elles provoquent.







Contrôle climatique

Le contrôle climatique des lieux d’exposition doit permettre de maîtriser les écarts de température, de stabiliser l’humidité relative, d’assurer le renouvellement de l’air. Dans le cas de bâtiments anciens, l’étanchéité à l’air du bâtiment pourra généralement être améliorée par l’ajustement des fenêtres complété par la pose de joints en fond de feuillure. La mise en place de sas limitera l’échange thermique à l’entrée. L’emploi de matériaux isolants pour les huisseries, la mise en place de doubles vitrages, la pose d’une isolation thermique judicieuse permettront non seulement de diminuer les dépenses de chauffage et d’améliorer le confort, mais aussi de réduire la condensation qui tend à se produire aux ponts thermiques.

Acoustique des salles

L’acoustique dépend de la disposition des locaux, des matériaux qui les constituent et en habillent les parois. Généralement lorsque les salles résonnent trop fortement, que les sons que l’on y produit se réverbèrent en semblant s’amplifier, des corrections sensibles peuvent être apportées en apposant des revêtements absorbants, ou même en limitant l’intervention à l’installation de panneaux capteurs ou de dispositifs isolés formant un piège à sons. Mais il ne faut pas négliger le fait que les conditions acoustiques d’une salle peuvent nettement changer selon son occupation. L’ambiance sonore peut être modifiée par le nombre de visiteurs et la rumeur que peuvent produire quelques personnes même lorsqu’elles parlent bas. Aussi, tous les mobiliers, aménagements ou œuvres qui couvrent certaines parois ou jonchent le sol, vont sensiblement modifier le volume des salles d’exposition, donc leur acoustique. Ces différentes recommandations étant prises en compte, l’espace d’exposition peut enfin offrir aux artistes et aux organisateurs de manifestations le cadre le
plus large, affranchi des plus lourdes contraintes physiques, et leur permettre sans transiger, d’aménager la rencontre avec le public.
 
 
 
/// Légende et crédit : Alain Domagala, PARC bloc-diagramme #1, 2000 (collection Frac Alsace), photo : Klaus Stöber