• Obtenir une version PDF des pages de la rubrique

Principes généraux

 

Les œuvres peuvent souffrir tout autant de l’humidité et de la température que de la lumière. Une bonne conservation nécessite le maintien d’une ambiance climatique la plus constante possible en évitant les fluctuations brusques, beaucoup plus dangereuses que les variations lentes de même amplitude.

Réserves du Frac Alsace, photo - Klaus StöberIl est utile, avant de décider de l’affectation d’une salle ou d’un lieu, d’en connaître les conditions thermiques et hygrométriques sur une longue durée. Réaliser ces mesures ne pose en général que peu de difficultés, car il existe un délai, qu’il faut mettre à profit, entre la décision de créer un lieu d’exposition et le moment de sa réalisation. Aujourd’hui, de petits appareils électroniques permettent d’effectuer aisément des mesures thermiques et hygrométriques. Les conditions recommandées pour la conservation des œuvres sont de 45 à 55% d’humidité relative avec une température de 18 à 25°C (en France). En fonction des résultats obtenus lors des mesures, il sera peut-être nécessaire d’assécher le climat ou, au contraire, de l’humidifier. En effet, on notera l’importance primordiale à accorder, pour la bonne conservation des œuvres, à la régularité de l’humidité relative plutôt qu’à celle de la température. C’est l’inverse pour le confort du public, auquel pensent en premier lieu les installateurs de dispositifs de climatisation. Il ne faut jamais éteindre le chauffage ou la climatisation après la fermeture au public sous peine de générer des chocs climatiques, sources importantes d’altération des œuvres. Dans tous les cas, la régulation de l’air doit être permanente, y compris la nuit et les jours de fermeture. Si les expositions sont temporaires, il est sans doute inutile d'investir dans un système de climatisation lourd, toutefois il est bon de savoir qu’en l’absence de garanties sur la stabilité et le contrôle du climat de nombreux responsables d'œuvres refuseront le prêt.
 
 
 
/// Légende et crédit : Réserves du Frac Alsace, photo : Klaus Stöber